Le Latte Art comme passion

85

Il représentait la France aux derniers Word Latte Art Championships qui se sont tenus à Budapest les 13,14 et 15 juin derniers. Mikaël Humbert est arrivé 20ème sur 39 à l’épreuve et a été déclassé pour un dépassement de temps. C’est un résultat prometteur pour cette graine de champion qui découvrait pour la première fois une épreuve internationale et qui il y a encore trois ans s’entrainait au bar tabac de son quartier. Il partage avec Food&Coffee Markets son expérience et la passion pour l’une des disciplines du coffee specialities.

Food&Coffee Markets : Les Français semblent de plus en plus enclins aux boissons gourmandes, quels sont les grands standards qu’ils affectionnent ?
Mikaël Humbert : Les Français sont de plus en plus friands des boissons type latte, cappuccino, véritable espresso. Les boissons gourmandes s’adressent à une clientèle spécifique, on ne boit pas les mêmes boissons dans une brasserie traditionnelle et dans un coffee shop. Cette « clientèle » est composée de jeunes adultes qui ont découvert ou découvrent une manière de préparer et valoriser le café sous toutes ses formes et pas uniquement sous l’image de l’espresso. Il existe d’autres méthodes même si elles sont encore quelques peu confidentielles. Les méthodes d’extraction douce par exemple progressent mais restent néanmoins minoritaires dans les ventes car elles doivent encore se démocratiser.

F&C Markets : On parle de montée en gamme sur le monde du café et des baristas… comment se traduit-elle à votre sens ?
M.H. : Cette montée en gamme s’inscrit dans une tendance générale. Les consommateurs cherchent à « mieux » consommer, c’est à dire qu’ils sont en demande de produits de qualité. Ils aspirent par ailleurs à une consommation plus responsable c’est-à-dire, à de modes de production ou de culture plus respectueux de l’environnement. Et puis certains acteurs ont su réveiller le marché ou du moins à le stimuler de manière nouvelle. Nespresso par exemple à initier à la découverte de différents cafés à la mise en avant de diverses origines, de saveurs … En parallèle, s’est opérée une démocratisation des coffee-shops avec une nouvelle manière de préparer les recettes à base de café et l’émergence d’une culture café. Si vous ajoutez à cela l’élargissement des offres de machines à café pour le grand public et le travail  important des artisans torréfacteurs qui proposent de très bons produits… vous obtenez une conjonction de facteurs qui ont valorisé l’univers du café et remis au goût du jour sa richesse. Je crois de plus qu’il y a désormais une réelle prise de conscience sur la manière de consommer et de mieux consommer.
On peut aujourd’hui avoir des produits meilleurs sans forcément trop dépenser. Enfin la filière café commence à se valoriser et se mettre en avant avec des évènements et des associations qui lui donnent ses lettres de noblesse. Le World Latte Art Championship procède de cette logique aujourd’hui.

F&C Markets : Quels sont aujourd’hui les prérequis pour se présenter sur un concours mondial ?
M.H. Le premier est «simple» : avoir remporté le championnat national Latte Art et cela nécessite déjà une vraie maîtrise. Le concours exige beaucoup de préparation, mais aussi de pratique et une vraie maitrise technique ce qui veut dire beaucoup de répétition en amont.
Dans le Latte Art il faut être précis, efficace, rapide pour effectuer son dessin dans le temps imparti. Cela signifie donc également calme et self-control, de savoir résister à la pression. Les candidats disposent d’un seul essai pour effectuer leur dessin pendant le concours et généralement on sait dès la 1ère trace si on est bien parti ou non. Ici chaque geste doit être calculé, maîtrisé et il n’y a pas de place pour l’improvisation ! Les candidats choisissent le dessin qu’ils vont présenter aux juges. Il faut être inventif afin de surprendre et créer la surprise…les réseaux sociaux sont une mine d’or pour trouver l’inspiration. Nous puisons donc aussi notre créativité dans le quotidien.

PARTAGER
Article précédentGo green
Article suivantLe café venu du froid