Suite à l’assemblée générale annuelle Navsa qui a vu Pierre Albrieux être réélu à la Présidence du syndicat professionnel, Le Président Albrieux et le Délégué Général Navsa, Matthieu Turpain reprennent les actions et les grands enjeux pour la profession auxquels Navsa entend répondre avec une volonté de plus mettre en exergue les problématiques de la profession auprès des pouvoirs publics. Explications.

Food&Coffee Markets : Le bureau Navsa et ses membres ont été renouvelés, quel peut être le premier bilan pour Navsa sur les deux dernières années ?

Pierre Albrieux : Les deux dernières années ont été particulièrement chargées sur tous les fronts pour notre Profession. C’est tout le sens du rapport d’activités présenté par Matthieu Turpain, notre Délégué Général, lors de la dernière Assemblée Générale du 8 mars 2018 : l’ancien compte « pénibilité », la réforme du droit des contrats qui arrive à son terme, les nouvelles obligations fiscales entrées en vigueur depuis le 1erjanvier 2018 où Navsa a mené un travail important d’analyse qui se poursuit encore aujourd’hui dans la rédaction du prochain BOFIP, les questions nutritionnelles qui « explosent » (NutriScore, taxe sodas et boissons édulcorées, loi « alimentation » tirée des réflexions des Etats Généraux de l’Alimentation etc) et enfin l’agrément à venir de la première solution technique acceptant le titre-restaurant dématérialisé… Les sujets ont été nombreux et le seront davantage avec notamment l’arrivée au pouvoir de nouveaux décideurs !

Food&Coffee Markets : Quels sont aujourd’hui les sujets qui sollicitent le plus votre attention ?

Mathieu Turpain : Nous notons une forme de triptyque amené à bouger dans les prochains mois : en matière de législation et d’actions de lobbying, nous sommes ainsi vigilants sur le projet de loi « Alimentation » où nos Parlementaires, notamment dans la nouvelle majorité, renouent avec le souhait de réglementer et de légiférer sur tous les domaines, en l’occurrence en matière d’alimentation. C’est un sujet fondamental mais pour autant, les velléités du législateur jacobin reprennent le dessus : nous craignons ainsi l’encadrement de l’installation et de l’offre des Distributeurs Automatiques comme des quotas ont ainsi été proposés pour la restauration collective qui demeure soumise à d’autres enjeux. Nous veillons et agirons si nécessaire et si le temps parlementaire nous en laisse l’occasion (un amendement peut ainsi être connu du public à peine quelques heures avant son examen soulevant là de réelles difficultés dans l’impact de mesure proposée) ! Le recyclage est un sujet qui prend également de plus en plus d’ampleur aujourd’hui où les professionnels sont très inquiets alors que les charges ne sont pas toujours allégées sur nos entreprises : pour autant, les entreprises doivent se mobiliser sur les enjeux du recyclage au risque d’avoir une réglementation à marche forcée…

 

Food&Coffee Markets : Le Président réélu Pierre Albrieux accorde une attention particulière à la représentation de la profession auprès des pouvoirs publics… le métier gagne-t-il à être connu ?

Pierre Albrieux : Le métier demeure très méconnu. Historiquement, n’oublions pas que nous étions assimilés à des exploitants  de  « machines à sous ! ».

Il est donc important d’expliquer à quel point nous participons au lien social dans l’entreprise, à quel point nous assurons avant tout un service très exigeant et que derrière des robots certes anonymes il y a une chaine logistique qui étonne souvent  les néophytes. Notre devoir est donc de communiquer notre passion et notre rôle quotidien dans la vie des consommateurs.

Food&Coffee Markets : Nouvelle Taxe Soda, certification des solutions de gestion… les professionnels doivent aujourd’hui faire front. Le problème n’est-il pas une multiplication des obligations ?

Mathieu Turpain : Toute Profession connaît un essor de la réglementation, quel que soit le domaine. Mais force est de constater qu’aujourd’hui, la distribution automatique rentre dans un nouveau prisme aux yeux du décideur public.On sait très bien que la simplification administrative est un leurre.

– L’Alimentation est au centre des discussions des parlementaires… la profession est-elle assez préparée aux enjeux actuels comme le manger bien, manger sain ?

Pierre Albrieux : Certainement pas mais ce n’est pas la profession qui est mal préparée.C’est le consommateur qui n’a pas encore montré massivement qu’il voulait consommer autrement et c’est pour cela que les tentatives louables en la matière ont souvent été des échecs sur le plan économique.Or pour changer un modèle, il faut que celui qui est proposé en remplacement soit rentable.L’intérêt entraînera alorsl’action.

Food&Coffee Markets : Les deux prochaines années de Navsa auront-elles des dossiers prioritaires ?

Mathieu Turpain : Le recyclage des déchets avant que celui–ci ne nous soit imposé.Globalement et avant tout le Président Albrieux veut passer d’une action défensive à une action proactive sur l’ensemble des dossiers Navsa.

Food&Coffee Markets : Que pouvez vous dire aux professionnels qui hésitent encore à pousser la porte de la Chambre Syndicale Navsa ?

Pierre Albrieux : On se demande souvent ce que fait une fédération professionnelle… et c’est une question légitime ! C’est d’abord assurer une écoute et un soutien aux professionnels de la Distribution automatique sur de multiples sujets et tant que ses missions statutaires le permettent : nous avons quotidiennement des questions de nos adhérents, pour la plupart essentiellement juridiques (droit des contrats, droit du travail…) où soit nous répondons en interne (droit des contrats) soit nous mettons en relation l’adhérent avec la juriste en droit social de la CGI dont Navsa est membre. Les sujets sont si nombreux : veille parlementaire sur des centaines d’amendements, négociations de la branche de notre convention collective n°3044 Commerce de gros et international, groupes de travail conduits sous l’égide de Navsa, partie prenante à l’organisation des salons de la Profession, organisation d’événements spécifiques (en 2017, nous avions organisé le premier concours des approvisionneurs de France !) … Aujourd’hui, et au-delà de ce que fait une fédération chaque jour, de très gros enjeux pèsent sur notre secteur et il est nécessaire d’être REPRESENTATIF dans la plus large majorité pour peser dans nos échanges auprès de tous les acteurs avec lesquels Navsa est en lien. N’hésitez plus, franchissez le pas de l’adhésion, vous pourrez constater par vous-même ce qu’une fédération professionnelle accomplit chaque jour au service des adhérents !

Par ailleurs, je souhaite faire participer les adhérents non élus aux travaux de Navsa et je serai force de proposition très prochainement.