Les acteurs se concentrent et le standard Nespresso compatible se développe. Pour autan la capsule aluminium est aussi source de d’attaques virulentes quant à son impact sur la santé et l’environnement

Le marché de la capsule compatible Nespresso n’en finit plus d’attiser les envies des professionnels. Avec une croissance de 30% par an, la capsule Nespresso compatible reste le segment de marché qui attire de plus en plus d’innovations et qui continue de voir arriver de nouvelles initiatives visant à capter des parts de marché. Preuve en est la succession d’annonces qui ont encore marqué les dernières semaines. En effet, elles se sont succédées à tel point que chaque semaine semble apporter de nouvelles opportunités pour séduire les consommateurs. Legal a par exemple annoncé le lancement d’une capsule 100% végétale. Le torréfacteur installé au Havre et qui revendique 5% de parts de marché et qui a initié dès 2015 une gamme dédiée à son nom entend reprendre l’initiative en lançant un nouveau modèle sans impact sur l’effet de serre. En effet si la capsule individuelle continue sa croissance, les différents acteurs du marché sont souvent montrés du doigt pour la quantité de déchets qu’ils produisent, une capsule usagée représentant un déchet. Legal espresso se veut 100% végétale, ne contenant ni plastique, ni aluminium tout en restant hermétique à l’oxygène et évitant de fait l’oxydation du café ainsi préserver les arômes. Le secret de ce nouveau polymère utilisé dans sa fabrication reste bien gardé et protégé par un brevet. Il couvre à la fois le corps rigide de la capsule mais aussi son opercule. Une initiative qui vise à venir challenger les deux principaux acteurs du marché que sont JDE avec les capsules L’Or Espresso mais aussi Lavazza qui avec les capsules Carte Noire et plus récemment Lavazza qui détiennent les deux premières places du podium.

D’autres acteurs fourbissent aussi leurs armes avec d’autres innovations toutes aussi intéressantes et c’est lors de l’ouverture du Sial, Salon International de l’Alimentation que certains intervenants ont fait le choix de dévoiler leurs nouveautés. Il y a deux ans déjà la canette Nitro avec une activation avec de l’azote avait fait sensation. Cette année on retrouve le même principe mais en tube chez les coréens. Mais la réelle nouveauté vient de nouvelles pratiques et fonctions de le consommer, à l’instar du cold brew ou café infusé à froid qui fait son apparition chez de nombreux intervenants. La consommation de café est traditionnellement connue pour le coup de fouet que la caféine qu’il contient procure. Désormais on pourra non seulement attendre le coup de boost… et espérer ralentir son vieillissement. En effet une société polonaise vient de lancer une offre de capsules café enrichies en protéines de collagène. On n’arrête pas le progrès. Pour autant cela reste du domaine des lancements et nécessite de voir si les consommateurs vont répondre à cette évolution. Un acteur traditionnel vient quant à lui aussi de se lancer sur le marché de la capsule compatible Nespresso avec un réel argument. La célèbre maison illy a en effet annoncé un partenariat avec JAB propriétaire de Jacob Douwe Egberts (l’Or). Ce dernier va désormais produire la gamme de capsules aluminium illy compatible Nespresso. illy qui est aujourd’hui considéré comme une marque premium et un torréfacteur de référence en termes d’expresso à l’italienne, se lance donc lui aussi sur le marché lucratif des capsules compatibles Nespresso et va à n’en pas douter contribuer à la future croissance du marché que l’initiateur Nespresso continue de développer de son côté via son propre réseau.

Pour autan depuis plusieurs semaines un post viral ne cesse de tourner sur les réseaux sociaux dénonçant l’impact de la capsule sur l’environnement voire la santé. Ce post prend la forme d’un récit écrit à la première personne du singulier et raconté par une capsule aluminium Nespresso. Celle-ci avoue ne pas être recyclage. Pour autan Nespresso propose la propre la collecte de ses capsules dans ses boutiques. De plus depuis 2014 Citéo et les collectivités locales ont aussi mis en place une filière de collecte qui ne cesse de se développer si bien qu’aujourd’hui 15% de la population française est à même de disposer de cette solution. Mais le post va plus loins et précise que pour la production d’une ton d’aluminium produit aussi 4 tonnes de déchets dont de l’arsenic, du titane, du plomb… C’est ici le Process de production de l’aluminium qui est mis en cause et notamment les boues rouges issues des 4 tonnes de bauxite nécessaires pour produire une tonne d’aluminium. Pour autan Nespresso s’est déjà positionné pour disposer d’ici 2020 d’une filière de production « responsable ». Troisième charge le prix de vente de la capsule elle même avoisinant 40 ct d’euros soit près de 100 € le kilo. Un prix de vente qui toujours selon la petite capsule Nespresso ne profite pas aux producteurs présentés comme les victimes d’une premiumisation et d’une spéculation sur le café. Un argument qui aujourd’hui reste plus que relatif dans la mesure ou les principaux acteurs de la capsules Nespresso et Nespresso compatible mènent aujourd’hui des politiques de café responsables, developpement durable prenant en compte le respect des producteurs. Nespresso pour sa part annonce travailler avec 70 000 producteurs locaux dans son sourcing. Au travers de ce post « à charge » il est clair que c’est d’une part la logique du café portion qui est ciblée et bien entendu les grands acteurs de ce marché dont Nespresso, L’Or et plus largement les principaux torréfacteurs qui à eux seuls concentrent 80% de la production mondiale du café. La vitalité de ce post est aujourd’hui importante mais n’est pas de nature à venir impacter durablement le comportement du consommateur dans la mesure où 80 % des foyers sont aujourd’hui équipés. Enfin une tribune ouverte et largement orientée pour ne pas dire quelque peu calomnieuse est aussi l’occasion pour l’ensemble des acteurs de venir apporter une information transparente sur la réalité du marché. Un mal pour un bien ?