Fini les tergiversations ! A l’issue d’une nuit de négociation l’Europe a enfin pris une décision interdisant une liste de produits à usage unique d’ici vraisemblablement 2021 le temps que les états transcrivent ou amplifient le texte dans les législations nationales. Pour autan les cotons-tige, pailles, touillettes à café pour ne citer qu’eux qui envahissent les océans sont désormais bannis selon les termes de l’accord trouvé à Bruxelles. Il est clair que l’image qui montrait que d’ici 2050 il y aurait plus de plastiques dans les océans que de poissons si rien n’était entrepris a marqué les esprits. Sept moins plus tard les Européens ont réagis et se dotent d’une législation volontariste. L’accord négocié entre le Parlement européen et le Conseil (les états membres) doit être néanmoins adopté par les deux institutions début 2019 pour une entrée en vigueur d’ici 2021.

« Les Européens sont conscients que les déchets plastiques constituent un énorme problème et l’UE dans son ensemble a fait preuve d’un véritable courage en s’y attaquant, faisant d’elle le leader mondial de la lutte contre les déchets plastiques marins », a déclaré le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, cité dans un communiqué

-Produits interdits et recyclage obligatoire –

L’accord précise désormais que certains produits en plastique à usage unique seront interdits dès lors qu’il existe des alternatives ce qui concerne directement les cotons-tiges, les couverts, les assiettes, les pailles, les agitateurs de boissons ou encore les bâtonnets pour ballons.

En ce qui concerne d’autre produits comme les emballages plastiques pour des aliments prêts à consommer, le texte vise aujourd’hui à réduire leur utilisation au niveau national et d’être regardant quant à leur conception.

L’UE s’attaque également aux plastiques dit oxodégradables (jugés étiquetés biodégradables de façon abusive), et aux récipients alimentaires et gobelets en polystyrène expansé qui eux aussi doivent connaître une réduction de consommation et on s’engage selon beaucoup d’observateurs à leur taxation sur une logique réclamée par beaucoup pollueur-payeur.

Cela va de fait concerner les gobelets plastiques et donc les gobelets vending a moins qu’ils puissent bénéficier encore un temps d’une exemption mais à l’heure actuelle rien n’est fixé dans la mesure où l’UE entend bien inciter non seulement au recyclage mais également à la mise en place de produits contenant moins de plastique. La question du gobelet en carton n’est quant à elle pas fixée.

En ce qui concerne les bouteilles plastique l’objectif est d’aboutir dès 2029 à une collecte de 90%. L’UE a aussi défini un objectif de 25% de contenu recyclé dans la fabrication de bouteilles en plastique d’ici 2025, et de 30% d’ici 2030 ce qui ne laisse pas beaucoup de choix aux industriels qui vont devoir trouver des solutions afin d’utiliser les produits issus des filières de recyclage.

.