Un groupe de 80 investisseurs représentant 6500 milliards de dollars d’actifs ont interpelé les géants du Fast-food (McDonalds, Burger King, Domino’s Pizza…) pour les pousser à s’engager activement dans la lutte sur le climat.

Alors que l’ensemble des secteurs de l’économie s’engagent sur des objectifs ambitieux en termes de lutte contre le changement climatique, les Big-Food semblent quelques peu en retrait.

Pour faire avancer le débat un groupe de 80 investisseurs réunis sous les emblèmes de Ceres (Coalition for Environmentally Responsible Economies) et de Fairr (Farm Animal Investment Risk and Return) les ont interrogés par une lettre ouverte souhaitant que ces géants s’engagent de manière précise et claire sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais également leur utilisation de l’eau ainsi que la réduction des risques liés à leurs chaînes d’approvisionnement en viandes et produits laitiers.

Une logique qui n’est pas sans intérêt pour les investisseurs dans la mesure où, face aux changement des habitudes de consommation, aux pression des consommateurs, les investisseurs recherchent aujourd’hui une visibilité à long terme et à risques réduits dans leurs portefeuilles de titres. Une première qui explique désormais aussi qu’outre les pression des lanceurs d’alerte, les sujets soulevés dans les médias grands publiques ce sont désormais les marchés financiers qui sont susceptibles de devenir un levier de pression et non des moindres sur les entreprises et les filières économiques…

Sandwich burger malbouffe investisseurs fairr risque climat financier reputationnel pixabay