Le Gouvernement semble avoir décidé de déclarer la guerre aux produits jetables en plastique qu’il souhaite tout simplement bannir.

Le discours d’Edouard Philippe actant un acte II de la politique du Gouvernement Macron devant les parlementaires de l’Assemblée Nationale mercredi 12 juin est à marquer d’une pierre blanche (ou plutôt noire) pour le vending. En effet le Chef du Gouvernement a clairement pris un tournant écologique en plus d’un tournant social. Edouard Philippe a dans son discours dénoncé l’accumulation et le rôle néfaste de la vaisselle à usage unique en plastique. Rappelant que son gouvernement a d’ores et déjà pris des mesure à l’encontre d’une série de produits, il souhaite désormais aller plus avant et purement et simplement les interdire. Pour cela deux logiques vont rapidement être mises en place et passer par les parlementaires. La première est déjà symbolique car dès 2020 les produits jetables en plastique vont être bannis des administrations ce qui va permettre au Gouvernement d’afficher sa volonté de passer de la parole aux actes et de donner l’exemple. Plus encore l’Assemblée aura à voter une loi transposant la volonté de ce dernier d’abandonner les produits en plastique jetables tout en laissant une période de transition pour y parvenir. Cela signifie clairement que les professionnels du vending doivent d’ores et déjà se prémunir pour sécuriser leur activité d’effets d’imitation en sourçant des produits comme les gobelets carton adaptés au passage en machine automatique. Cette volonté est à rapprocher de récent entretient entre le syndicat Navsa et un membre du cabinet de la Ministre de l’Ecologie qui avait évoqué la volonté du Gouvernement de mettre en place une série de mesures concrètes allant dans ce sens. C’est aujourd’hui chose (quasi) faite compte tenu de la teneur des propos du Premier Ministre devant les parlementaires. Du reste Navsa tiendra jeudi une réunion de crise avec ses membres industriels et gestionnaires sur le gobelet afin de pouvoir réagir à ces décisions.

Le gobelet plastique semble aujourd’hui condamné

Enfin Edouard Philippe s’est aussi prononcé pour une politique plus prononcée de lutte contre l’obésité, sujet sur lequel Agnès Buzin est désormais priée de se pencher ce qui laisse présager aussi de futures mesures visant à lutter contre les produits trop sucrés, trop gras… L’heure des produits plus healthy semble aussi à l’ordre du jour et la profession a tout intérêt à se pencher sur la question de manière préventive. En effet l’ensemble de ses mesures aussi drastiques qu’elles puissent paraître vont à n’en pas douter rencontrer un échos favorable auprès de la population et des électeurs. Qui peut aujourd’hui s’élever contre des mesure en faveur de la réduction des déchets plastiques ou de la lutte contre l’obésité ?