Fort d’années d’expérience sur le marché du Vending, Orba Informatique rajoute une corde à son arc. La société va distribuer pour le marché français le concept américain de micromarché 365 Retail Market. Corinne Niverts sa dirigeante nous en dévoile les enjeux.

Food&Coffee Markets : Vous avez présenté au dernier salon de Paris une offre de micromarché (Micro Market en anglais). C’est selon vous une opportunité pour le marché français?

Corine Niverts : C’est une offre complémentaire aussi bien pour le Vending que pour les restaurants d’entreprise.L’enjeu est la diversification et le développement de l’activité. La diversification se définit par la création d’un nouveau produit au sein d’un nouveau marché.Cela consiste à trouver des nouveaux produits non identiques à nos produits actuels mais qui sont complémentaires (la technologie ou la cible est la même). Elle permet de répondre à tous les besoins du client. Les entreprises se transforment en profondeur et se retrouvent dans des situations de mue permanente : 85% des métiers de 2030 n’existent pas aujourd’hui ! Les collaborateurs sont reconnus pour leurs compétences techniques, mais vont devoir développer leurs softskills pour savoir s’adapter et appréhender les changements, être plus autonomes et responsables de leur carrière et de leur bonheur au travail. Et enfin, la diversité des produits permet de prévoir l’avenir de l’entreprise – DIXIT Vincent Bolloré (NDLR). En 30 ans seulement, cet homme a fait de son entreprise familiale un grand groupe présent sur tous les marchés internationaux. 

Lorsqu’on demande à ce dernier le secret de sa réussite, « la diversification » est sa réponse. Selon lui, « les entreprises qui se diversifient peuvent défier le temps ». Pendant ces années de direction, il n’a cessé de diversifier ses produits et services. On peut citer l’exemple de la télévison numérique, du transport et logistique, de la publicité. Selon Vincent Bolloré, il y a autant d’échec que de réussite, mais il faut saisir les occasions afin de savourer les victoires. Une leçon dont il faut s’inspirer ?

F&CM : Pouvez-vous nous présenter plus avant ce qu’est un micromarché ?

C.N. : Les états-Unis en sont les inventeurs et les précurseurs. Les Micro Markets sont donc des petits supermarchés en libre-service, internes à l’entreprise. Les grands groupes comme Google, Apple mais aussi toutes les sociétés qui s’intéressent aux concepts des bureaux du futur les ont mis en place. Les collaborateurs se servent eux-mêmes dans les rayons et les frigos pour prendre des sandwichs, soupes, salades et autres produits haut de gamme. Ils ont également à leur disposition une sélection de smoothies, soft drinks et variantes de café, produits vegan.. .  Avec le Micro Market les entreprises recherchent une alternative au restaurant d’entreprise dont les horaires ne permettent pas de se restaurer à tout heure. Il peut arriver que ceux qui sortent de réunion restent sur leur faim ou grignotent … A l’ère des charges de travail de plus en plus importantes, des postes flexibles, il est important de proposer des endroits de pause, de convivialité. L’entreprise doit fournir une variété de solutions pour vivre le travail autrement et contribuer ainsi au bien-être des collaborateurs. Le rapport à l’alimentation évolue lui aussi : consommer des produits frais, sains et de qualité dans un véritable lieu de vie est devenu essentiel et c’est sur cette analyse que le Micro Market prend tout son sens.

F&CM : Quelle est aujourd’hui la solution qu’Orba représente ? 

C.N. : Nous représentons 365 Retail Markets. La société a été créée en 2008 sur un constat simple : les restaurants d’entreprise n’offraient plus ou pas assez de flexibilité et ne correspondaient pas aux petites et moyennes entreprises.

Depuis lors, Joe Hessling un des co-fondateurs a installé plus de 20 000 micro-markets en 10 ans. 365 Retail Markets est le leader en traitant plus de 50 millions de transactions et plus de 80 millions de dollars de ventes de produits par mois. John Chidiac a rejoint l’équipe 365. En tant que président actuel de 365 International, John est responsable du développement et de la croissance de 365 dans le monde entier. Nous l’avons rencontré lors de salon et avons décidé de travailler ensemble sur ce nouveau concept. N’en déplaise à nos détracteurs, la diversification se définit par la création d’un nouveau produit au sein d’un nouveau marché ; cela consiste à trouver des nouveaux produits non identiques à nos produits actuels mais qui sont complémentaires (la technologie ou la cible est la même). Elle permet de répondre à tous les besoins du client.

Express Hub (Selecta) au Royaume Uni est déjà à près d’une centaines de micromarchés installés

F&CM : En quoi les opérateurs de gestion en France sont appelés à s’intéresser à ce type de concepts ?

C.N. : C’est une offre complémentaire au vending et dirigée vers des entreprises où la problématique ou la flexibilité des horaires sont présentes (call-center, logistique…). Les opérateurs ont des avantages importants à utiliser les micro-marchés par rapport aux distributeurs automatiques traditionnels. Une machine peut stocker en moyenne environ 40 produits, alors qu’un Micro Marché peut stocker des offres de produits sans fin… avec un panier moyen bien plus élevé ! En créant des espaces pour les déjeuners et les pauses, ils peuvent proposer des produits bien plus sains, sans contraintes de tailles avec une diversité plus importante ainsi ils augmentent leurs ventes et améliorent l’expérience globale client !

F&CM : Quels sont les prérequis pour aborder ce marché ?           

C.N. : L’opérateur doit créer une nouvelle offre, un nouveau concept et profiter de cette nouveauté pour renouveler sa communication, créer une nouvelle marque, logo… profiter de cet engouement pour surfer sur de nouveaux besoins. Nous sommes à l’ère où apparaissent « les happiness managers » avec de nouveaux challenges tels que « Si les salariés sont heureux, ils sont plus performants »

F&CM :Est-ce une extension du marché du vending ou une activité à part entière ? 

C.N. : C’est une activité à la fois complémentaire et donc à part entière…le Micro Market est ce que le vending est à l’OCS…ou vice versa… Encourager les employés à rester dans leurs lieux de travail pendant leurs pauses c’est avant avoir la capacité de créer un environnement agréable et confortable.

F&CM : Comment Orba Informatique va-t-il aider les professionnels à implanter des micromarchés ?

C.N. : Nous allons accompagner les professionnels de 2 manières :Nous allons proposer l’environnement matériel & concept : kiosks, étagères, frigos, marketing, conseil… en nous appuyant sur nos différents partenaires. Par ailleurs nous allons accompagner le gestionnaire dans l’intégration des données dans l’interface opérationnelle afin de la rendre la plus proactive au sein de le SI (statistiques, inventaires) …Sans oubliez la Hot line et la maintenance qui restent aussi les piliers de la réussite de ce concept. Cette dernière brique, nous la maîtrisons parfaitement bien, et ce depuis très longtemps puisque nous sommes déjà distributeur et partenaire de VENDON .