Un groupement d’indépendants est souvent perçu comme un outil défensif face à la concentration du marché et des fournisseurs. Prodia+ a pris depuis un peu plus de deux ans, une logique inverse en souhaitant se donner les moyens d’une croissance « marché » pro-active. Autrement dit, le mot d’ordre passe « par innover et croître, plutôt que subir ».

C’est un changement de génération qui s’est opéré en moins de trois ans au sein de Prodia+ et qui a conduit le groupement de professionnels à faire évoluer ses priorités. Appréhender et répondre aux évolutions du marché, tels sont les objectifs de Thomas Bertrand et des membres du Conseil d’Administration

Changer la donne

Prodia+, qui regroupe à présent 49 membres répartis sur le territoire national voire également en Belgique et au Luxembourg, se définit aujourd’hui comme le leader de la gestion indépendante en France. Des acteurs indépendants mais loin d’être isolés dans la mesure où le groupement s’est doté d’une équipe structurée et permanente lui permettant de bénéficier de ressources communes et mutualisées. « Nous sommes capables d’apporter un support et un conseil pertinent à chacun de ses membres mais également de centraliser les problématiques et définir des orientations permettant de projeter le groupement dans une vision à moyen terme » explique Thomas Bertrand. L’arrivée de ce dernier au sein d’un Conseil d’Administration renouvelé il y a trois ans a permis de changer la donne. Historiquement perçu comme un groupement de gestionnaires fermé, Prodia+ a redéfini sa stratégie de manière volontaire afin de pouvoir appréhender les enjeux qui s’imposent à la profession. « Nous sommes convaincus qu’il reste aujourd’hui, face à la concentration des acteurs du marché de la gestion et la constitution de groupes nationaux et internationaux, une vraie place pour des champions régionaux et locaux capables de fournir un réel service de proximité » explique Thomas Bertrand qui dirige aujourd’hui les Cafés Bibal à Montpellier. 

Construire des solutions professionnelles

Une logique de service qui s’appuie donc la fois sur la capacité des uns et des autres à travailler sur des sujets communs mais également à mener de manière plus centralisée des dossiers complexes ou prospectifs. « Nous sommes conscients de la complexité croissante du métier de gestionnaire qui nécessite un suivi quotidien de l’activité au sein de nos structures mais qui nous oblige désormais à appréhender les changements qui s’imposent à la profession » explique Thomas Bertrand. Ce dernier milite notamment pour une politique plus « combative » afin de comprendre à l’avance et maîtriser par la suite, les évolutions techniques et technologiques. « Nous sommes aujourd’hui les mieux placés au sein de nos sociétés de gestion pour construire des concepts et process dédiés à nos métiers et de fait, nous entendons travailler de manière croissante à la définition de solutions professionnelles dédiées » explique Thomas Bertrand. Une équation complexe car si les consommateurs attendent une expérience de consommation renouvelée, des parcours d’achats simples, ils sont aussi demandeurs de technologies, de qualité et d’interactivité. D’où la nécessité selon Prodia+ de centraliser et partager les compétences.

Ainsi, 7 administrateurs épaulent aujourd’hui le Président dans son quotidien, qu’il s’agisse de trouver de nouvelles opportunités de marché, mais également de chercher à optimiser les problématiques métier devant conduire au final à rentabiliser l’activité de chacun. « Nous sommes tous confrontés à une intensité capitalistique croissante qui nous oblige à tenir compte du ratio Capex/Opex de nos sociétés dans un contexte de contraction de nos marges » explique Thomas Bertrand. Mais selon ce dernier « il faut aussi construire les solutions marché de demain ».

S’ouvrir à de nouveaux acteurs

Face à la constitution de grands acteurs internationaux et européens qui bénéficient de capacités de négociation nouvelles avec les industriels, Prodia + entend évoluer. « Il nous incombe de faire en sorte que dans cinq ans Prodia+ soit encore plus ancrée au sein du marché » soutient Thomas Bertrand. Et l’ensemble des administrateurs et permanents sont aujourd’hui en phase avec la nécessité de faire évoluer la structure. Une ouverture qui passe dans un premier temps par le recrutement de nouveaux membres. « Prodia+ doit encore grandir et accueillir certains intervenants du marché qui trouveront un intérêt réel à nous rejoindre » explique Thomas Bertrand. Une approche n’est pas inédite car Prodia+ a su intégrer une grande majorité du groupement DA France il y a cinq ans avec succès. « Nous sommes ouverts et preneurs de compétences et de professionnels motivés et soucieux de faire évoluer leur activité » explique encore Thomas Bertrand qui souligne d’ailleurs qu’aujourd’hui « la grande majorité du Conseil d’Administration a moins de quarante ans et regroupe des profils pointus dans bien des domaines, orientés à la fois par la croissance de leurs structures mais aussi de Prodia+. Le groupement a du reste   une politique de grands comptes et de marchés nationaux qui s’est mise en place et qu’il entend accentuer. 

Mais outre une croissance hexagonale le groupement entend également être en capacité de répondre à des enjeux européens afin de pouvoir garder une réelle autonomie. Cette indépendance pourrait selon Prodia+ passer par une logique d’alliances entre acteurs et groupements pan-européens. « Nous sommes aujourd’hui, si l’on observe les marché US ou asiatiques, dans une industrie qui s’internationalise de manière rapide et croissante » explique Thomas Bertrand. Ce dernier est du reste convaincu que les évolutions du marché sont d’ores et déjà présentes et vont affecter le modèle économique de la distribution automatique traditionnelle. « Les marchés asiatiques et chinois sont déjà dans des logiques de machines connectées, les américains exploitent le micromarché depuis près de dix ans…il est important pour nous de bien appréhender nos futurs développements en termes à la fois d’opportunité/menace et de faire en sorte que Prodia + se dote des moyens de bien saisir ces nouveaux enjeux » conclut Thomas Bertrand. « Nous avons la chance de vivre une mutation technologique de la profession dans un marché qui se globalise mais reste fortement ancré dans une proximité de service au client final… Il nous incombe donc de saisir cette opportunité à la fois pour nous-mêmes mais aussi pour le Groupement Prodia + » résume ce dernier. Face à ces nouveaux enjeux Prodia+ entend devenir un concentrateur de compétences tout en se dotant de moyens pour accélérer sa croissance.