C’est au travers d’un amendement déposé par Marine Brenier (LR) et 15 autres députés que la menace d’une mise en cause des capsules café plastique et aluminium surgit alors que le sort du gobelet plastique est lui aussi suspendu à l’examen du texte sur l’économie circulaire cette semaine .

Il ne s’agit pas d’une interdiction immédiate comme c’est le cas sur la menace qui plane sur le gobelet plastique cette semaine mais c’est un premier coup de semonce contre les capsules (rappelons qu’il s’en vend plus de 4 milliards chaque année en France – ce qui représente le nombre de gobelets que le Gouvernement entend faire disparaître en distribution automatique). Et la similitude est grande puisque qu’au même titre qu’un gobelet vendu sur les machines à café, chaque consommation produit un déchet et qu’à aujourd’hui les capsules café vont directement dans les poubelles et ne disposent pas de filière de tri structurée à grande échelle et de cycle de revalorisation. Pire encore une capsule de café contient aujourd’hui plus de plastique qu’un gobelet.

capsules & gobelet plastique même combat , une consommation = un déchet ?

Au travers de l’amendement 421, la Député Brenier demande qu’au même titre que les gobelets et bouteilles plastiques soit il soit mis fin à compter du 1er janvier 2022 à la distribution des capsules café plastique et aluminium composées en tièdement ou partiellement de plastique au sein des pouvoirs publics mentionnés à l’article L 1211-1 du code de la consommation publique.

C’est la première fois que le sujet de la capsule café ( plastique ou aluminium) est associé à la pollution au sein d’un amendement et d’un texte législatif. Si les députés laissent jusqu’au 1er janvier 2022 à l’industrie pour se retourner il n’en reste pas moins que l’initiative qui jette l’opprobre sur un produit de consommation courante en entreprise et au domicile des Français. Rappelons que jusqu’ici seuls quelques industriels ont développé en GMS et en solutions professionnelles à base de PLA ou autres solutions. Il est à parier que les grands acteurs comme Nespresso, Nestlé, JDE, Lavazza … vont regarder de près cet amendement. Mais la réaction qu’il faudra scruter de près reste celle du Gouvernement et de la Ministre Poirson. Cette dernière étant, au travers de ses récentes déclarations, vent debout contre le gobelet plastique ou le gobelet carton renfermant une partie même minime de plastique, il est fort à parier que sa position sur la capsule soit de facto la même – sauf à ce qu’elle se contredise sur deux sujets semblables. Il semble en effet peu probable qu’elle appuie la fin des gobelets plastiques et qu’elle écarte le sujet de la capsule café plastique ou aluminium car elle se trouverait immédiatement prise à partie par les ONG (WWF en tête) sur cette contradiction. Il ne reste qu’à attendre la présentation de cet amendement en séance publique. Pour autant, alors que la capsule café était jusqu’ici épargnée par le sujet, elle risque au cours des prochains jours ou mois mise sur le devant de la scène. C’est aussi un sujet qui va faire réagir à la fois les consommateurs mais aussi les directions achats des sociétés utilisant aujourd’hui les solutions service café de bureau (OCS) villes capsules plastique ou aluminium professionnelles. En effet l’interdiction, que propose l’amendement de la Député LR, vise à les interdire au sein des administrations mais c’est un message clair et audible sur la nature de l’exemple à suivre.