Au lendemain de l’annonce de confinement de la population française, les effets sur l’activité des professionnels se font déjà fortement sentir. Beaucoup de gestionnaires constatent la fermeture de bon nombre de bureaux. Un grand nombre de sociétés ont pris purement et simplement le parti de fermer les bureaux autant que faire se peut et d’opter pour une continuité en télétravail et le recours au chômage partiel pour une grande partie des salariés ne pouvant répondre à ce mode de flexibilité. Par ailleurs il semble que la machine à café ou plutôt l’espace de rencontre et de pause soit perçue comme un facteur de promiscuité susceptible de transmettre le virus. « Beaucoup de nos clients ont purement débranché les automates ou refusent l’accès à nos personnels » explique un professionnel parisien. Les premières remontées des audits de lundi, et la situation se confirme aujourd’hui, font apparaître une baisse spectaculaire du niveau des consommations de près de 70% en valeur.

Depuis hier les principaux acteurs du marché tablent sur la mise en place d’une continuité de l’activité « a minima » afin de répondre aux clients encore en besoin de vending comme les plateformes logistiques approvisionnant les enseignes de grande distribution, certains services publics ou hospitaliers. Bon nombre de gestionnaires prévoient ainsi un maintien de 10 à 20% des tournées et une permanence technique pour pallier aux pannes éventuelles. Une situation plus « subie » qui implique de facto la mise en place de mesures de chômage partiel et de prise de congés également au sein des différentes structures de gestion, de même qu’une information auprès des clients de la mise en place de plan de continuité d’activité réduite. Ainsi Selecta, IVS, D8 ont depuis 24 heures utilisés les réseaux sociaux professionnels pour faire part de la continuité de service. Les autres intervenants tablent aussi sur une mise en veille importante de l’activité ou annoncent, comme c’est le cas des Cafés Merling de la fermeture de l’activité pour la sécurité de leurs personnels, des clients. Beaucoup de petites structures ont aussi opté pour une fermeture momentanée de l’activité. La question reste de savoir comment va s’organiser la suite des évènements et la capacité des uns et des autres de faire face aux conséquences de la logique de confinement décrétée par le Gouvernement.

____________________________________________________________________________

Les communications via les réseaux sociaux de certains acteurs font part de plan de continuité ou de l’arrêt momentané de l’activité en fonction de la situation de chacun