La situation est ubuesque et reflète bien aujourd’hui l’incohérence des messages autour du masque. Lundi dernier un homme a été verbalisé pour non port du masque alors qu’il descendait Gare de Lyon dans les escaliers du métro. D’abord réprimandé, il a ensuite été verbalisé par des policiers en civil nous apprend France Bleue. Son crime ? Avoir eu un petit creux et avoir grignoté un Kinder Bueno en se déplaçant et donc… ne pas porter son masque correctement. Robin, originaire de Seine Saint Denis a partagé cet épisode sur son compte Twitter via un post dans lequel il déclare « voyage en absurdie » … sachant que ce sont dans un premier temps des voyageurs qui lui ont fait des remarques pour ensuite devoir se confronter aux forces de l’ordre en civil, forces de l’ordre qui n’ont pas hésité à le verbaliser. Le jeune homme entend contester l’amende reçue sachant que dès la généralisation du port du masque les autorités ont bien déclaré qu’il serait possible de manger ou de fumer sans encourir les foudres de la police. Plus encore la Préfecture de Police sollicitée sur cette affaire a assuré qu’il n’est pas interdit de manger ou de boire dans les zones où le port du masque est obligatoire. Cet épisode n’est pas anodin. En effet dans un contexte où de plus en plus de personnes voient dans l’obligation du port du masque une mesure liberticide, un tel incident renforce le sentiment que désormais il va devenir de plus en plus mal vu de se libérer du masque à tous les instants. Si l’on va plus loin quid des distributeurs automatiques placés dans l’espace public ou sur les lieux de transport ? Faut-il dès lors les fermer car s’il devient impossible de manger les produits des machines suite aux achats effectués comment justifier leur maintien et leur approvisionnement ? … Pourquoi laisser des DA dans les gares, les centres commerciaux, le métro si par la suite il est impossible de manger ce que l’on vient d’acheter ? Le vending c’est de la consommation à emporter et consommer dans l’instant ; encore une fois ce sont bien les gestionnaires à qui on a demandé de maintenir l’activité pendant le Covid pour assurer une continuité de prestation et qui aujourd’hui seraient pénalisés. Mais il est vrai q’on manquait de masques, que personne ne pouvait ou ne voulait se déplacer à l’époque du confinement dans les entreprises… et que les professionnels de la DA étaient une bonne alternative pour apporter un peu de réconfort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here