Le leader de la distribution automatique européenne vient de dévoiler un plan de relance de l’activité pour faire face à la situation.

Depuis plusieurs semaines les paris allaient bon train quant aux décisions qu’allaient prendre la nouvelle équipe de direction de Selecta dirigée désormais par Joe Plumeri issu des rangs de KKR principal actionnaire de Selecta. Ce dernier a semble-t-il réussi à faire converger les différentes parties dans un scénario de relance et de redressement de l’activité à moyen terme. Concrètement KKR va apporter 125 millions d’euros fonds en plus de la facilité de trésorerie accordée en mars dernier (50 millions €). Par ailleurs une partie de la dette a été renégociée à plus long terme (2026). Un accord qui devrait alléger les échéances d’intérêts. Mais Selecta entend aller plus loins et travailler également sur la rationalisation de son activité. Ainsi un travail va être accentué sur la rentabilité du parc machines avec une réduction partielle du nombre de machines en clientèle (plus de 400000 actuellement), le recours à un retrofit massif des matériels en activité ainsi qu’une réorganisation des effectifs et une accentuation du contrôle de l’activité via des outils de gestion professionnels. Autrement dit, au delà de la restructuration de la dette qui était urgente compte tenu de l’activité, c’est aussi un contrôle de l’exploitation, une meilleure allocation des ressources et des moyens qui est mise en oeuvre. Enfin Selecta entend se réorganiser autour du concept One Selecta afin de mettre en place une gestion globale autour de ses marques et concepts mais s’adaptant aux contraintes locales. Le plan dévoilé hier entend malgré un recul du chiffre d’affaires attendu de 20% en 2020 et un FCF négatif de 92 millions d’euros, conduire à un retour d’un Free Cash Flow positif des 2021 (19 millions d’€) pour atteindre un FCF de plus de 100 millions d’€ en 2024 pour une chiffre d’affaires prévisionnel à 1,484 milliard d’€. Des prévisions à moyen terme qui seront regardées de près au regard d’une situation économique actuelle très incertaine. Outre la restructuration de la dette tout l’enjeu de ce plan à moyen terme passera par la capacité du leader européen à restructurer son activité, regagner de la rentabilité sur ses clients actuels et futurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here